top of page

Gros ou petits, les «saint» sur les panneaux de Loire-Atlantique, c'est terminé ?

La ligue des droits de l’homme a gagné son procès. Aux Sables-d’Olonne, la statue de l’ange Saint Michel va être déboulonnée. Prochaine bataille: les communes dont le nom commence par «Saint»,incompatible, selon la ligue, avec le caractère laïque de la République.Les maires des stations littorales comme Molf, Michel-Chef-Chef ou Brévin-l’Océan veulent conserver leur «saint»pour les touristes. L’un d’eux, qui souhaite garder l’anonymat, s’énerve :


– Quel scandale! Est-ce qu’on va aller bronzer à «Tropez», boire de l’«Émilion», ou visiter le mont «Michel»?… Et l’Île de Saint, on va l’appeler comment? L’Île de... tout court?

– L’île de Sein, ça s’écrit S.E.I.N

– Ha bon… C’est possible… Ça ne change rien au fond. Ces laïcards sont de dangereux extrémistes.

En septembre, trois référendums auront lieu à Julien-de-Concelle, Philbert-de-Grand-Lieu et Pazane. Si des majorités se prononcent en faveur duOUI au changement de nom, d’autres communes suivront comme Herblain, Nazaire, Sébastien-sur-Loire.





bottom of page