top of page

Carnaval : le harcèlement des grosses têtes ne s'arrête pas aux cours d'école

Au carnaval de Nantes, chaque année, on assiste à un défilé de chars rigolos et de grosses têtes. Des grosses qui font rire alors qu’elles devrait plutôt faire pleurer, selon la Ligue de Protection des Grosses Têtes. Une ligue qui milite contre le braconnage à la sortie des universités et des grandes écoles, juste avant le carnaval. Sa directrice est très inquiète :


– Dés janvier, les grosses têtes vivent dans la terreur. Elles sont sans défense face aux méthodes de chasses dites traditionnelles des festivaliers (fausses ventes de sabres laser sur le bon coin et faux RDV Tinder, notamment). Une fois capturées, elles sont entassées dans un hangar sans calculette, ni accès à Wikipédia ; on ne leur donne même pas d’exercices de maths à faire. Les jours de carnaval, elles sont aveuglées par les jets de confettis et terminent la semaine traumatisées.


Contacté, le ministère rappelle que les grosses têtes sont une espèce en voie critique d’extinction et qu’elles ont déjà fait l’objet de mesures de conservation. Il est ainsi interdit de vendre ou de naturaliser un.e lycéen.ne ayant choisi les options «maths expertes» ou «latin-grec» en terminale.



Crédit photo :

"Cassel (22 avril 2019) Carnaval du Lundi de Pâques • 6700" by markustrois is marked with CC BY-NC-SA 2.0.

bottom of page